Van de internationale media

Whats the difference between finger paddles and hand paddles

220 triathlon 2 days 3 hours ago
Former national level swimmer Oliver Willis explains the differences between finger and handle paddles and the advantages of each

Free 8week indoor training plan for winter

220 triathlon 2 days 4 hours ago
Hate training indoors during the miserable winter weather Join the club But with our 8week plan youll almost enjoy every second

Huub Anemoi trisuit review

220 triathlon 2 days 6 hours ago
Is Huubs flagship new aerodynamic trisuit the Anemoi worth the spend

XTERRA China Announced For September 2019

DIRT TRI 3 days 23 hours ago

Via XTERRAplanet-

Kunming, China to Usher in New Era for XTERRA The international expansion for XTERRA into Southwest China represents a bold new step for XTERRA, which boasts off-road triathlon and trail running events in 30 countries worldwide.

XTERRA Global LLC, owners and producers of the XTERRA World Tour, today announced a strategic partnership with Yunnan Overseas Chinese Town (OCT) Industrial Company, LTD, to bring the XTERRA Kunmingoff-road triathlon and sports festival to OCT Yangzong Lake Resort in Kunming, the capital of Yunnan Province, on the weekend of September 21-22, 2019.

The international expansion for XTERRA into Southwest China represents a bold new step for XTERRA, which boasts off-road triathlon and trail running events in 30 countries worldwide.

“It’s a land of opportunity with tremendous growth potential,” said XTERRA President Janet Clark.  “We’re excited to share the Live More spirit of XTERRA with the people of China, and also to invite the XTERRA Tribe to join us in Kunming and discover a truly magnificent destination rich in culture and natural beauty.”

About Kunming

The venue is well known for its mountains, lakes, forests, grasslands and caves; and boasts a bird’s eye view of the centuries-old Yunnan-Vietnam Railway.

Nicolas Lebrun, a former XTERRA World Champion triathlete and the director of XTERRA Europe, is helping design the course and hosting educational clinics in China on coaching, training, and course management.

“Kunming is a great destination for XTERRA,” said Lebrun.  “The course itself is beautiful and has a good mix of single track, big climbs, and open spaces for passing. It’s a real adventure. Visitors will love it as there is comfort all around.  There is a small town to explore the local shops, culture, and restaurants, and the food is delicious.  The whole experience is fascinating, and I look forward to celebrating the inaugural event with everyone in September.”

XTERRA Kunming is the last of five majors on the 2019 XTERRA Asia-Pacific Tour, offering up $25,000 USD elite prize money, 100-point scale scoring, and 51 qualifying spots for amateurs into their choice of the 2019 or 2020 XTERRA World Championship race in Maui. 

The Kunming race will combine a 1.5-kilometer swim in the azure-colored Yangzong Lake with a 30K two-loop mountain bike through the regions’ famous purple sage flowers, and a 10K trail run that twists along mountain and lake trails.  In addition to the main event on Sunday, Sept. 22, XTERRA Kunming will feature trail running and mountain bike races on Saturday, Sept. 21.

“Beyond the races, visitors will be treated to world-class hospitality, singing and dancing, and the simple way of life found among the 26 ethnic groups in the area,” said Clark.  “Their distinct ethnic characteristics can be seen in their colorful customs, unique cuisine, gorgeous clothing, and stunning architecture.”

Learn more about XTERRA and the Asia-Pacific Tour, get tips on traveling to Kunming, and find race, destination, and registration information online at www.xterraplanet.com.  

The post XTERRA China Announced For September 2019 appeared first on DirtTRI.

La perte de poids c’est pas si compliqué!

Triathlon Magazine Canada 5 days 2 hours ago

Perdre du poids est un concept simple : consommer moins de calories que ce que l’on dépense. On peut diminuer notre consommation de calories, augmenter notre dépense énergétique ou combiner ces deux méthodes. Bien que ça semble très simple, il y a de nombreuses questions que les gens qui tentent de perdre du poids se posent.

  • Quelle est la méthode la plus efficace pour perdre du poids?
  • Comment déterminer un objectif de perte de poids réaliste?
  • Quoi manger?
  • Quel type d’entraînement faire?
  • Est-ce que les suppléments de perte de poids fonctionnent?

Tout d’abord, je vais répondre à la dernière question puisque c’est très important de mentionner que les produits que l’on voit à la télévision ou dans nos courriels indésirables qui sont conçus pour vous faire perdre du poids ne fonctionnent pas. Si ces produits fonctionnaient, l’obésité et les maladies qui y sont reliées comme le diabète et les crises cardiaques ne seraient pas une épidémie mondiale. La plupart de ces produits contiennent des stimulants comme de la caféine ou de la théine pour augmenter votre rythme cardiaque. Il ne fait donc aucun doute que ces produits sont non seulement inefficaces mais également néfastes.

La méthode la plus efficace pour perdre du poids de façon saine est de combiner une augmentation de la dépense énergétique et une diminution de la consommation calorique. Donc bouger plus et manger moins. L’expression « You can’t outwork a bad diet » fait du sens! Peu importe si vous vous entraînez beaucoup, si vous mangez beaucoup de produits ultra transformés riches en sucre simple et en gras, vous aurez de la difficulté à perdre du poids.

Il n’est pas nécessaire de limiter grandement sa consommation calorique ou d’augmenter drastiquement sa dépense énergétique. Quelques calories dépensées de plus et quelques calories consommées en moins fait une grosse différence après une période de plusieurs semaines.

On a besoin d’avoir un déficit de 3 500 calories pour perdre une livre de poids corporel. Ça peut sembler énorme, mais si l’on souhaite perdre une livre par semaine, ce qui est un objectif raisonnable, il suffit d’avoir un déficit de 500 calories par jour. Donc seulement quelques biscuits de moins et un peu plus d’exercice physique!

Lorsque l’on limite légèrement sa consommation calorique il est préférable de réduire la nourriture « non-essentielle », soit les produits transformés et le « junk-food » plutôt que de réduire sa consommation de fruits, légumes, noix, graines et blé entier, puisque que contrairement au junk-food ces aliments contiennent des nutriments essentiels pour votre santé et votre performance. Les produits transformés comme les bonbons, les barres énergétiques, les barres tendres et les croustilles sont très riches en calories et contiennent peu ou pas de nutriments importants. Également étant donné qu’ils sont très denses en calories, après avoir consommé ces produits, votre organisme n’est pas conscient que vous avez mangez beaucoup de calories. En plus, le sucre, le sel et le gras présents dans ces aliments excitent les récepteurs associés à la sensation de plaisir dans le cerveau ce qui vous pousse à en manger encore plus. Je ne suis pas en train de dire qu’il faut absolument arrêter de manger des biscuits et des croustilles. J’en mange moi même de temps en temps… ok j’avoue, j’en mange souvent! Mais si vous désirez perdre du poids ce sont ces aliments qu’il faut couper de notre alimentation (ou du moins réduire la consommation).

Donc quels sont les aliments à prioriser lorsque l’on souhaite perdre du poids? Il faut prioriser la densité nutritive au lieu de la densité calorique. Par exemple, une laitue frisée (du kale) a une densité nutritive très élevée et une densité calorique basse. Au contraire, un beigne a une densité calorique élevée mais une densité nutritive basse. Des aliments avec une haute densité nutritive et une densité calorique basse va vous apporter beaucoup de nutriments et va vous apporter plus de satiété. Les aliments à prioriser sont donc les aliments non transformés qui sont une bonne source de fibres tels que les fruits, légumes, les flocons d’avoine… Il faut aussi prioriser les sources de protéines maigres au détriment des viandes grasses.

Il existe plusieurs théories sur les types d’entraînements qui favorisent la perte de poids. Évidemment, lorsque l’on parle de perte de poids, étant donné que l’on veut conserver notre masse musculaire, on parle principalement de perte de masse adipeuse. À différents intervalles on utilise différentes sources d’énergie : du gras, du sucre (glucose ou glycogen) et des protéines (lorsque les réserves de glycogen sont épuisées). Lorsqu’un effort est peu intense on va surtout utiliser nos réserves de gras et plus l’intensité augmente plus on va utiliser nos réserves de glycogen dans nos muscles et le sucre que l’on consomme. Il est possible de déterminer la zone à laquelle on consomme le plus de gras, ce que l’on nomme le FATMAX. Donc à une certaine intensité, mesurée par le Vo2max et le rythme cardiaque on consomme le plus de gras corporel. À une intensité inférieure, l’effort n’est pas assez intense donc notre dépense énergétique est moindre donc on consomme moins de gras. À l’opposé, à une intensité plus élevée, l’effort est tellement intense que notre corps préfère utilise du sucre comme source d’énergie que du gras, donc la quantité de gras consommée est moindre. Le graphique a donc une forme de U inversée.

Source : https://www.mdpi.com/2077-0383/7/10/308/htm

Cette donnée est très intéressante pour un athlète de haut niveau qui désire connaître l’effort idéal pour utiliser le plus possible ses réserves de gras durant des courses ou des entraînements. En sachant exactement quel type de carburant est utilisé pour chaque zone d’intensité il est possible de calculer de façon très précise la quantité et le type de nourriture à consommer durant chaque moment d’un effort.

Par contre, pour une personne qui souhaite tout simplement perdre quelques livres, cette information n’est pas vraiment pertinente. Il est plutôt conseillé d’effectuer des efforts physiques variés durant la semaine incluant des efforts lents et longs, des efforts courts et intenses et des efforts de résistance (musculation).

Les longues sorties à faible intensité sont souvent à une intensité où vous brûlez principalement vos réserves de graisse plutôt que votre glycogen. Également, étant donné que l’effort n’est pas intense il est possible d’effectuer un entraînement hypocalorique, soit de consommer un peu moins de calories que le nombre de calories que vous dépensez. Le risque de frapper le mur (de bonker) est moindre puisque l’intensité est basse.

Antoine Desroches racing at Ironman Mont-Tremblant 2018. Photo: Talbot Cox.

Lors des entraînements intenses vous utilisez principalement vos réserves de glycogen mais vous consommez plus de calories par heure que lors d’un entraînement moins intense. Également, ces efforts intenses augmentent votre métabolisme de basse après l’effort, donc vous dépensez plus de calories au repos.

Finalement, la musculation permet de maintenir votre masse musculaire lors de votre perte de poids pour s’assurer que vous perdez de la masse adipeuse et non de la masse musculaire. Également, une masse musculaire plus importante augmente votre métabolisme de basse donc votre dépense énergétique au repos est plus élevée. C’est pourquoi dans les programmes comme Biggest Loser où l’objectif est de perdre le plus de poids, les participants font tout de même des exercices de musculation, même si l’ajout de masse musculaire augmente votre poids corporel.

Donc en bref, bien que la théorie derrière la perte de poids soit simple (manger moins et bouger plus) c’est souvent plus compliqué en pratique. En effet, on est entouré de produits ultra transformés (incluant les gels, barres énergétiques et boissons sportives) et on bouge de moins en moins. Même un triathlète qui fait plusieurs entraînements par jour, passe tout de même plusieurs erreurs assis au travail, dans l’auto et sur le sofa. La clé pour une perte de poids est d’avoir une alimentation saine et équilibrée, sans trop de « junk food » mais sans non plus trop de priver et d’être actif. L’écrivain et journaliste a écrit une célèbre phrase qui résume bien tout ce que je viens d’écrire : « Eat food, not too much, mostly plants. »

The post La perte de poids c’est pas si compliqué! appeared first on Triathlon Magazine Canada.

How to avoid injuries this winter

Triathlon Magazine Canada 5 days 20 hours ago

Come January, most triathletes have resumed a degree of training and are looking to crush the upcoming triathlon season. This eager optimism is appreciated, but just remember, Canada’s first triathlon is at least five months away.

Doing these massive training sessions that leave you doubled over is great, and you’ll do plenty of these over the winter, but it is important to ease back into a routine and pace yourself for the upcoming season

Here are some tips to remain injury free this winter.

Related: Adopting a long-term approach to triathlon training

Get on a strength program

The authors of a recent literature review, The Sports Medicine and Arthroscopy Review say that a well-designed strength program is critical to any injury prevention program. Resistance training programs were found to reduce the risk of overuse injuries by up to 50 percent.

Group dryland sessions at a local gym.

Related: The strength training you should be doing

Don’t be afraid of cross-training

As triathletes, we get a variety of training stimuli – swimming, biking and running. However, continuously doing these three sports year-round without a reset can be detrimental and boring.

Due to the cold, wind and snow, training during the winter months is tough. Yes, it’s important to hit those key sessions on TrainingPeak, but it is just as important to get outside and do some winter activities, for example, cross-country skiing is a great alternative to long sessions on the treadmill or trainer. The change of scenery keeps things interesting and non-impact exercises reduce the strain on your body.

It’s pool time

In the summer, it’s very easy to substitute a swim for an evening run in the sun, but in the winter that’s a tough sell. The winter months are the perfect time to work on your swim. By investing the time over the winter into your swim technique, speed and endurance, you may not feel as guilty when you do opt for an evening summer run in the summer.

Related: 10 tips to help you nail the upcoming season

These last two points are specific to the run – a common source of overuse injuries.

Maintain your plantar-flexor

Maintenance of your plantar-flexion allows your ankle to move well, and ankle mobility is a key limiting factor in running. Plantar-flexor capability recruits a group of muscles around your ankle and calf to facilitate mobility in the lower leg. It’s the group of muscles you use when pressing the gas pedal in a car. Keeping it moving can improve running form and reduce the risk of injury. When your ankle gets stiff, it can pull on your Achilles, and that’s a tough injury to work through.

Physiotherapist working on a women’s leg. Increase your cadence

A modest increase in cadence can reduce pressure on the tibiofemoral joint, a joint in the knee that is commonly associated with knee pain and injury. Lots of GPS watches and shoes can give real-time feedback on the runner’s cadence, so they can adjust on the fly.

Related: Review: Polar Vantage V

The post How to avoid injuries this winter appeared first on Triathlon Magazine Canada.

Burning fat with intermittent fasting

Triathlon Magazine Canada 6 days 9 min ago

Intermittent fasting is a fitness craze that involves not cutting calories, but getting an adequate amount of calories within a smaller window of time, for example, from noon to eight pm. There are many ways to do it, and the most common way is to go 16 hours fasted and then eat meals only within the next eight hours. The question is, is intermittent fasting safe?

Related: Is intermittent fasting safe for triathletes?

Melissa Piercell, a Toronto-based naturopath, says that for most endurance athletes, intermittent fasting should be fine. “Back in the seventies, the idea was to get in three square meals a day. People thought that eating well meant eating those three meals a day.”

She continues, “In the nineties, we started doing six small meals a day. And as we do, those six small meals became six big meals.”

Mediterranean food

Piercell explains that snacking helps balance blood sugar and helps prevent hypoglycemia, but it makes our bodies very dependent on eating every three hours. When blood sugar goes down, bad things happen.

Related: Is intermittent fasting safe for runners?

However, we’ve arguably swung too far the other way, and become so dependent on this constant stream of fuel that we don’t tap into the stored fuel. One of the reasons that we don’t tap into stored fuel very well is because we’re constantly snacking. Your body will first use the easy-to-digest carbs as energy. Those are things like bread, oats and fruit.

Introducing fasting encourages your body to use stored energy, or fat, as fuel and even encourage weight loss.

In terms of how this eating regimen applies to athletes, Piercell stresses the need to remember adequate recovery. “You have to time your runs for when you’re eating. As long as your exercise is timed appropriately, intermittent fasting should be fine. However, if you’re an exercise first-thing athlete, and you don’t plan to eat until noon, you won’t recover as well.”

The studies Piercell has seen so far suggest that intermittent fasting can help maintain blood glucose levels and prevent energy crashes. She explains, “When your body is used to going longer without food, you’re less likely to crash and reach for something sugary.” She cautions that the only people who shouldn’t intermittent-fast are people with diabetes.

For people new to endurance athletics, it’s recommended to begin fueled for your workouts before introducing fasted or depleted exercise.

The post Burning fat with intermittent fasting appeared first on Triathlon Magazine Canada.

Pages